1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Abbas veut de nouvelles élections

Les nouvelles élections annoncées par Mahmoud Abbas sont au centre des commentaires de la presse allemande aujourd’hui. Des journaux allemands qui n’y fondent pas de grands espoirs, d’autant que le problème, selon eux, ne se restreint pas à la seule Palestine mais concerne l’ensemble du proche Orient et même au-delà.

Les militants du Fatah manifestent en faveur de Mahmoud Abbas

Les militants du Fatah manifestent en faveur de Mahmoud Abbas

Quand il s’agit de pur instinct de pouvoir, toutes les ébauches à des fins d’apaisement et de pacification semblent incongrues constate le quotidien Die Welt. Les images martiales montrant de jeunes palestiniens haineux à Gaza sont sans équivoque : À quoi servent élections et parlement lorsque que seules comptent les "Kalachnikov". Israël est au centre d’une culture de la violence, affirme Die Welt ; la croisade du Liban n’est pas encore terminée car le Hezbollah est plus fort que jamais. L’Iran menace avec la bombe atomique et le spectre des impondérables de la politique extérieure américaine en Irak y est également présent.

Même son de cloche dans la Tageszeitung de Berlin, pour laquelle il est erroné de croire que le Hamas et le Hezbollah puissent se volatiliser grâce à un quelconque stratagème. Tout deux demeureront partie intégrante du paysage politique arabe, prédit le journal ; peu importe si on feint d’ignorer les appels à de nouvelles élections, comme au Liban, ou si on sabote politiquement et financièrement l’adversaire avant de chercher à s’en débarrasser par un nouveau scrutin comme dans les territoires palestiniens.

Pour vraiment changer l’équilibre des forces conseille la TAZ, l’Europe et les USA devraient investir pour redonner aux gens la perspective d’une solution pacifique et politique de conflits qui ont permis au Hamas et au Hezbollah de s’affirmer.

Ne serait-ce que du point de vue constitutionnel, le chemin choisi par Abbas est contestable, avance la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Il n’a pas le droit de dissoudre le parlement. En outre l’issue du scrutin serait incertaine, le Hamas et le Fatah étant actuellement de force égale. Pourquoi Abbas prend-il néanmoins le risque ? , s’interroge le quotidien. Il veut éviter une guerre civile et mise pour ce faire sur les masses de gens, qui en ont assez de voir leurs représentants se neutraliser mutuellement. Cet espoir pourrait toutefois se concrétiser estime le journal, car le Hamas lui aussi ne pourrait que perdre en cas de guerre civile.

Les palestiniens ont élu il y a onze mois un gouvernement qui ne peut gouverner, remarque la Süddeutsche Zeitung. Il ne le peut, parce que le Fatah n’a jamais vraiment accepté sa défaite et fait obstruction dès que possible. La menace de nouvelles élections est donc le dernier recours pour Abbas. Mais il s’agit en fait d’une arme enrayée car, rappelle le journal, organiser un nouveau scrutin est impossible sans le Hamas : si, dans les nombreuses communes qu’il contrôle, les maires font blocage, il n’y a pas de vote.

  • Date 18.12.2006
  • Auteur Yann Durand
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2iD
  • Date 18.12.2006
  • Auteur Yann Durand
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2iD
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !