1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afro-presse (hebdomadaire)

A un mois des élections au Nigeria

A un mois des élections présidentielle et législatives au Nigeria, l'armée se montre déterminée à combattre plus efficacement le groupe terroriste de Boko Haram

Goodluck Jonathan im Boko Haram Gebiet Baga

Le président Goodluck Jonathan(le 4ème à g.) à Baga , au milieu de soldats nigérians, le 26 Février 2015

Après la reconquête de la ville statégique de Baga sur le Lac Tchad samedi dernier, ce sont maintenant les vieux fiefs de la milice qui sont dans le collimateur de l‘armée dans les forêts montagneuses à la frontière avec le Cameroun, relève la taz, die tageszeitung de Berlin.

Cela n'a pas empêché que plusieurs attentats ont encore secoué le centre et le nord-est du Nigeria, ces derniers jours faisant encore des dizaines de morts.

Nigeria, Selbstmordattentat in Potiskum

Attentat sur un bus à Potiskum, le 24 février

Même s'ils n'ont pas été revendiqués, tous les soupçons se portent sur Boko Haram, coutumier de ce genre d'attaques. La récente reconquête de Baga sur le Lac Tchad a été jusqu'ici le plus grand succès de la contre-offensive de l'armée nigériane contre Boko Haram, censée sécuriser le nord-est du pays jusqu'aux élections du 28 mars. Et ce relatif succès de l‘armée influence déjà la campagne électorale.

Nigeria Notstand Islamisten Truppen Armee Soldaten

Soldats nigérians près de Maiduguri dans l'Etat de Borno

L'APC, l'alliance de l'opposition (All Progressives Congress) du candidat à la présidence Muhammadu Buhari, qui s'affirme optimiste sur ses chances d'emporter la victoire contre le président sortant Goodluck Jonathan, a averti que le gouvernement prévoit de produire encore avant le scrutin un nouveau sosie du chef de Boko Haram, Abubakar Shekau.

Abubakar Shekau

Abubakar Shekau, l'original ou l'un de ses doubles?

Ce "faux Shekau" serait alors chargé en tant que prétendu „prisonnier“, de déclarer dans des apparitions publiques, qu'il soutient Buhari et l'opposition lors de la présidentielle. Mais l'on sait , souligne la taz que Shekau ne se rendrait jamais et on sait aussi que le gouvernement de Goodluck a déjà plus d'une fois annoncé haut et fort la mort du chef de Boko Haram, ce qui à chaque fois s'est révélé faux ! »

Autre thème : le partage de l'Afrique…

L'Allemagne commémore ces jours-ci le 130ème anniversaire de la Conférence de Berlin sur l'Afrique lors de laquelle les puissances coloniales avaient tracé arbitrairement des frontières à travers le continent.

Horst Köhler explique, dans la Süddeutsche Zeitung, que l'Allemagne doit non seulement se souvenir d'un passé commun pas très heureux avec l'Afrique, mais surtout œuvrer ensemble pour un avenir plus heureux. Horst Köhler, ex-président allemand de 2004 à 2010, connaît bien l'Afrique et s'engage pour une bonne coopération avec ce continent auquel selon lui, l'avenir appartient…

"Notre pays, dans lequel le célèbre philosophe Friedrich Hegel a jadis dénié l'importance historique de l'Afrique, ne peut pas, ne doit pas continuer à ignorer ce continent. Précisément l'Allemagne a une responsabilité particulière et ne doit pas oublier le douloureux passé commun. Le manque de mémoire historique sur l'Afrique en Allemagne va souvent de pair avec l'oubli de l'avenir et est politiquement malavisé.

Horst Köhler Einweihung Schule in Butare Ruanda

Horst Köhler lors de l'inauguration d'une école à Butare au Rwanda Photo d'archive (2008)



„Aucun continent ne sera aussi décisif pour le bon avenir de notre planète au 21ème siècle que l'Afrique. Ce serait une grave faute stratégique de sous-estimer cela. Aujourd'hui déjà, la plus grande population de jeunes de l'histoire de l'Humanité vit en Afrique, avec une moyenne d‘âge de 18 ans.

D'ici à 2050, la population de l'Afrique doublera pour atteindre deux milliards. Qui peut croire que cela restera sans conséquences pour l'Europe? Les défis actuels - Ebola, terrorisme, crises migratoires – illustrent très clairement à quel point les risques d'instabilité en Afrique concernent aussi l'Europe. Et c'est pourquoi nous avons besoin maintenant de visions et de perspectives stratégiques sur une longue échéance, qui tiennent compte de ces risques, mais aussi surtout des gigantesques chances que ce continent détient pour le monde entier"...

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !