1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

A Heidenau, la chancelière condamne la xénophobie

Heidenau, petite ville du Land de Saxe, dans l'Est de l'Allemagne est au centre des débats depuis de violents heurts, le week-end dernier, entre policiers et militants d'extrême droite devant un foyer de réfugiés.

Plusieurs journaux critiquent la chancelière pour ne pas avoir réagi plus vite et d'avoir attendu plusieurs jours avant de se rendre sur place à Heidenau.

Ainsi le quotidien de Cologne Kölner Stadt-Anzeiger : "Cette visite semble être un acte non volontaire, que la Chancelière n'accomplit qu'après avoir mainte fois été exhortée à donner un signal. La république se trouve à la croisée des chemins, Angela Merkel doit changer son style de flou politique qui lui est caractéristique jusqu'ici. Sinon le pays risque d'aller à la dérive ", avertit l'éditorialiste.

Heidenau - Bundeskanzlerin Angela Merkel

A Heidenau, la chancelière Angela Merkel s'est aussi entretenue avec plusieurs réfugiés



"L'hésitation de la chancelière à se montrer en public révèle sa plus grande faiblesse politique, estime pour sa part le quotidien Südwestpresse : Angela Merkel n'a pas le courage des gestes symboliques, des paroles claires, elle ne fait pas volontiers le premier pas. Mais c'est pourtant la tâche de la chef du gouvernement de montrer aux Allemands que la population est prête à relever les défis et à ne pas tolérer que des foyers de réfugiés soient incendiés ou des migrants attaqués. Angela Merkel aurait dû être la première à prendre clairement position. Mais cette tacticienne répugne à un tel activisme. Elle n'agit que quand elle ne peut plus faire autrement, estime le journal qui conclut : lors de négociations à Bruxelles cela peut être sensé – mais cette fois elle a raté le moment juste ! "

Jusqu'à 800.000 migrants attendus cette année en Allemagne

Deutschland Merkel besucht Flüchtlingsunterkunft in Heidenau

La Chancelière Angela Merkel pose pour une photo avec le Ministre-Président du Land de Saxe, Stanislaw Tillich (à g.), le président de la Croix Rouge allemande Rudolf Seiters (à dr.) et le maire de Heidenau Jürgen Opitz

Plusieurs journaux évoquent les coûts qu'occasionnent leur accueil et leur hébergement. La Süddeutsche Zeitung par exemple constate:

"Cela coûte vraiment une grosse somme d'accueillir chaque jour 3.000 nouveaux arrivants, de les héberger et de leur fournir le minimum vital. Bien sûr, on doit discuter de ces coûts, on doit calculer et négocier. Mais il n'y a pas de raison de ne pas vouloir accorder aux migrants leur modeste lit de camp dans un foyer surpeuplé, leurs rations de nourriture ou une assistance médicale d'urgence. Car l'Allemagne peut se le permettre ; au premier semestre de cette année, l'Etat fédéral, les Etats régionaux et les communes ont eu un solde de 21 milliard d'euros dans leurs caisses ! Pas une crèche, pas un logement social de moins ne seront construits à cause des réfugiés, assure la Süddeutsche.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !