1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Migration

46 millions d'euros pour contrôler les frontières en Libye

L'Union européenne discute le 6 juillet d'un plan pour aider la Libye à accueillir les migrants et à mieux surveiller ses frontières au sud.

Jeudi 6 juillet 2017, à Tallinn, la capitale estonienne, sera discuté un plan européen de 46 millions d'euros pour la Libye. Celui-ci vise à aider les autorités libyennes à accueillir les réfugiés et à renforcer les contrôles à la frontière sud, en coopération avec les pays du G5 Sahel. Reste qu'en Libye, la vie des migrants érythréens, soudanais, tchadiens ou somaliens est insoutenable. 

Pieds et poings liés, fouettés avec des câbles

Des jeunes hommes se pressent contre les barreaux d'un baraquement, espérant un quignon de pain. Certains subissent des sévices plus graves encore: sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter circulent des vidéos montrant des réfugiés hurlant, pieds et poings liés, fouettés avec des câbles - les traficants réclamant une rançon pouvant s'élever à plusieurs milliers de dollars américains. 

Les vidéos ont été authentifiées par le HCR, le Haut-commissariat aux réfugiés de l'ONU. Les passeurs cherchent à se faire toujours plus d'argent, rapporte Marie-Cecile Darmé, qui a analysé la situation en Libye pour l'organisation. Les traficants proposent deux options aux migrants désireux de rejoindre l'Europe. La première:

"Le forfait tout compris, semblable à une offre de voyage. Le réseau de passeurs se charge de tout, de les emmener jusqu'au bateau sur la côte libyenne ou, dans certains cas, jusqu'en Europe et de là, jusqu'en Allemagne avec le train. Cela coûterait entre cinq et dix mille dollars."

La somme est principalement payée par des membres de la famille à l'étranger, notamment en Europe, via un virement bancaire. Mais rares sont ceux qui peuvent se le permettre.

Mille dollars pour l'enfer

La plupart des migrants choisit l'option étape par étape pour environ 1.000 dollars. Un long et pénible voyage avec de nombreux arrêts, où les candidats aux voyages subissent les rivalités des réseaux de contrebande et risquent d'être pris en otage. 

L'Union européenne a passé des accords avec le Mali et le Niger pour tenter de juguler les flux migratoires mais cela a encore aggravé la situation affirme Marie-Cecile Darmé.

"Les transactions sont juste devenues plus secrètes, les gens arrivent à passer quand même. Il y a de nouvelles routes plus dangereuses encore, dans le désert, avec souvent plusieurs jours sans eau. C'est tout simplement contre-productif. Vous ne pouvez pas juste vouloir fermer les frontières."

Parmi les migrants qui peuvent particulièrement être victimes d'abus se trouvent les mineurs non accompagnés, toujours plus nombreux à tenter de rejoindre l'Europe. Le HCR estime que leur nombre a augmenté de 109% entre 2015 et 2016, pour atteindre plus de 25.000 à la fin de l'année dernière. 
 

"Imagine un monde plus ouvert aux réfugiés", un film du HCR: