1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

2,7 millions d'euros en dédommagement pour Tombouctou

Le djihadiste Ahmad al Faqi al Mahdi est tenu pour responsable de réparations à Tombouctou pour 2,7 millions d'euros par la CPI, qui ordonne des "réparations individuelles, collectives et symboliques" pour la ville.

Écouter l'audio 01:47

"Tombouctou a été détruite, il faut de l'argent pour réparer" (Yahiya Hamma Cissé)

Ahmad al Faqi al Mahdi avait déjà été condamné en septembre dernier à neuf ans de prison pour avoir "dirigé intentionnellement des attaques" en 2012 contre la mosquée Sidi Yahia et contre neuf des mausolées de Tombouctou, au nord du pays. Aujourd'hui, la Cour de la Haye doit se prononcer sur la question des dédommagements. 

"La chambre ordonne des réparations individuelles, collectives et symboliques pour la communauté de Tombouctou, reconnaît que la destruction des bâtiments protégés a causé de la souffrance aux personnes à travers le Mali et la communauté internationale et estime M. Mahdi responsable pour les réparations à 2,7 millions d'euros", a déclaré le juge Raul Cano Pangalangan dans la lecture de son ordonnance.


A Tombouctou, on attendait l'ordonnance de la Cour pénale international (CPI) avec beaucoup d'espoir. 

"Il faut que nous soyons dédommagés parce que Tombouctou a été détruite. Il faut que la ville  soit dédommagée par rapport à ces mausolées. Ces dédommagements doivent être de l'argent afin de permettre de réparer ces mausolées", expliquait Yahiya Hamma Cissé, le premier vice-président du réseau régional des victimes de Tombouctou, avant de connaître la décision de la CPI.

Peu d'espoirs de réparations

Niederlande Timbuktu Gerichtsprozess Al Mahdi im Gerihctssaal (picture-alliance/AP Photo/B. Czerwinski)

Le Touareg Ahmad al Faqi al Mahdi avait demandé pardon à son peuple pour avoir saccagé ces monuments classés au Patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco et détruits à coups de pioche, de houe et de burin.

Sur le type de dédommagements, l'Association malienne des droits de l'Homme a suggéré à la CPI de faire du jour de la destruction des monuments une journée commémorative.

Pour son président, des réparations pécuniaires pourraient être difficiles à lever. Me Moctar Mariko affirme que "parler de finances et d'argent, cela va être compliqué car personne ne sait, au cas où des réparations pécuniaires seraient prononcées, s'il va être capable (Ahmad al Faqi al Mahdi, ndlr) de les honorer vis-à-vis des Tombouctiens. Nous ne connaissons pas l'étendue de ses avoirs. Donc une condamnation pécuniaire serait pour moi un coup d'épée dans l'eau." 


Le procès d’Ahmad al Faqi al Mahdi est le premier organisé à la CPI pour destruction de biens culturels. Quant à l'ordonnance d'aujourd'hui, c'est la seconde dans l'histoire de la Cour, après celle prononcée en mars dernier contre l'ex-chef de guerre congolais Germain Katanga. 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !