1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Élections législatives en Israël

En Israël, les élections législatives devraient reconduire Benjamin Netanyahu au pouvoir. Selon tous les sondages, le Premier ministre sortant et sa coalition conservatrice devraient obtenir un troisième mandat.

Les premiers résultats officiels ne sont pas attendus avant mercredi matin, mais il semble bien que la nouvelle Knesset sera dominée par la droite et les partis religieux partisans de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Cette situation inquiète les partenaires occidentaux et en particulier l'Allemagne.

Vers une politique plus radicale?

Les derniers sondages donnent une avance au Likoud, le parti de Benjamin Netanyahu qui a fait alliance avec les ultranationalistes d'Israël Beitenou. Mais les sondages prédisent aussi un renforcement du parti Bayit Yehudi (« Le Foyer juif »).

Screenshot DW TV Video Naftali Bennett Israel

Naftali Bennett

Son jeune dirigeant, Naftali Bennett, est encore plus radical : il est tout à fait hostile à la création d'un Etat palestinien et plaide même pour une extension des colonies juives en Cisjordanie. Cette évolution politique en Israël est une source d'inquiétude en Allemagne. Ainsi Ruprecht Polenz, le président de la commission des Affaires étrangères du Bundestag, souligne que Berlin souhaite une reprise constructive du dialogue israélo-palestinien : « Naturellement nous sommes inquiets quand nous voyons des partis qui ont l’objectif déclaré d’annexer la plus grande partie des territoires palestiniens en Cisjordanie pour les coloniser ! »

Berlin déçue par la politique israélienne

Traditionnellement, l'Allemagne entretient des relations étroites avec Israël et se sent une responsabilité particulière envers l'Etat hébreu quand il s'agit de soutenir ses intérêts dans le domaine de la sécurité. C'est une raison d'Etat due au passé de l'Allemagne. Cependant les relations germano-israéliennes ne sont pas au beau fixe depuis l'abstention de l'Allemagne lors du vote sur le statut de la Palestine comme Etat observateur auprès des Nations unies. Mais à Berlin, les milieux politiques sont aussi déçus de constater qu'Israël, de par sa politique de colonisation, rend quasiment impossible la création d'un Etat palestinien.

Avi Primor

Avi Primor , ex-ambassadeur d'Israël en Allemagne

Ainsi Jerzy Montag, du Parti des Verts, et membre du groupe parlementaire germano-israélien espère « la mise en place d’un gouvernement qui s’engage de manière sérieuse et sans arrière-pensées sur la voie politique de la solution des deux Etats et vers une réconciliation durable avec les Palestiniens. »

Selon Avi Primor, qui fut des années durant ambassadeur d'Israël en Allemagne, Berlin devrait après la formation du nouveau gouvernement israélien, poser des conditions à Tel Aviv : « Si vous voulez notre soutien alors nous devons nous accorder sur la politique, parce que l’évolution de la situation au Proche Orient concerne aussi l’Allemagne et l’Europe. »

Toutefois, l'ex-diplomate doute que les Européens prennent une initiative si les conservateurs et ultra-conservateurs forment le nouveau cabinet israélien. Selon lui les Européens se tourneraient d'abord vers Washington pour attendre la réaction de Barack Obama.

La rédaction vous recommande

Dans la presse allemande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !