1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Égypte : les pro-Morsi appellent au soulèvement

La situation est de plus en plus tendue en Égypte. Six jours après la destitution et l’arrestation de Mohamed Morsi par l'armée, une intervention des militaires contre des pro- Morsi a fait une cinquantaine de morts.

Des partisans de Mohamed Morsi, le 8 juillet à Nasser City, dans la banlieue du Caire

Des partisans de Mohamed Morsi, le 8 juillet à Nasser City, dans la banlieue du Caire

Les versions sur le déroulement des événements divergent. Selon un communiqué des Frères musulmans, des partisans du président déchu Mohamed Morsi priaient à l'aube devant le site de la Garde républicaine quand des soldats et des policiers ont ouvert le feu sur eux. L'armée, pour sa part, a expliqué qu'elle a en fait riposté à une attaque de "terroristes armés" qui s'en étaient pris au siège de la Garde républicaine. Selon d'autres témoins, les forces de l'ordre auraient tiré en l'air et les tirs directs venaient de civils.

Une situation inquiétante

Quoi qu'il en soit, le bilan est lourd et on ne sait pas encore avec précision s'il s'agit exclusivement de manifestants islamistes. Le secteur où se sont déroulés les faits est désormais sous le contrôle des forces de l'ordre. Le président par intérim a ordonné l'ouverture d'une enquête. Pour Salah Kherigi Mohamed, membre de la Ligue tunisienne des droits de l'Homme, de nouveaux heurts sont à craindre :

Une enquête doit s'ouvrir pour faire la lumière sur les événements de ce lundi sur ordre du président par interim

Une enquête doit s'ouvrir pour faire la lumière sur les événements de ce lundi sur ordre du président par interim

« Apparemment cela ne va pas s'arrêter aujourd'hui. Lorsqu'on entend les imams et les leaders des Frères musulmans appeler à la mort pour que Morsi revienne au pouvoir, j'ai peur que cela continue un petit peu encore. »

Depuis la destitution et l'arrestation de Mohamed Morsi mercredi par l'armée, la tension ne cesse de monter. Le parti de la Justice et de la Liberté (PLJ), vitrine politique de la confrérie des Frères musulmans, a appelé au soulèvement. Les nouvelles autorités égyptiennes ont décidé de fermer le siège du parti au Caire. La découverte de liquides inflammables et d'armes justifierait cette décision.

Pour plus d'information, écoutez ci-dessous le point à 17h TU, avec une analyse de Hasni Abidi, directeur du Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen, à Genève.

Écouter l'audio 02:10

"Les pays occidentaux sont embarrassés" (Hasni Abidi)

Archives

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !