1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Écouter l'autre...

La presse allemande de ce lundi revient sur l'évacuation par la police munichoise d'un camp de demandeurs d'asile au cœur de la ville, mais aussi sur le nouveau scandale des écoutes américaines contre l'Union européenne.

Les Américains espionnent tout le monde, même leurs alliés

Les Américains espionnent tout le monde, même leurs alliés

Donne-nous aujourd'hui notre scandale quotidien, lance die Welt qui rappelle que lorsque les moyens techniques existent, ils sont utilisés. La tentation est grande de franchir les interdits, en espérant ne pas se faire prendre. Mais lorsque cela arrive, l'indignation est là. Personne n'aurait cru cela des Anglais et des Américains. Et chez nous, personne ne le ferait, disent les pays européens. Vraiment ? ironise le journal.

USA Hauptquartier NSA Fort Meade

Attention, « Big Barack » is hearing you !

La NSA n'a pas seulement espionné des pays européens à grande échelle, elle a également truffé de micros les bureaux de l'Union Européenne, remarque la Süddeutsche Zeitung. L'Union Européenne est constituée d'États qui sont sans exception des alliés, voire des amis de Washington. Si les États-Unis utilisent les méthodes d'une république totalitaire pour bénéficier de certains avantages en matière d'information, l'Europe doit réagir en conséquence. Non pas pays par pays, mais en bloc.

Le quotidien revient également sur l'évacuation forcée d'un camp de grévistes de la faim et de la soif installé en plein cœur de Munich pour imposer la reconnaissance de leurs demandes d'asile. Cette affaire illustre les effets de la mondialisation, écrit le journal. Une petite partie du flux mondial des réfugiés parvient au cœur de la riche Europe. Celle-ci doit trouver des règles pour traiter de manière humaine ce problème.

München - Polizei räumt Camp von Hungerstreikendend

Si la police munichoise a mis fin à la grève de la faim des demandeurs d'asile, le problème demeure

Ce n'est pas manquer de cœur que de sauver malgré eux des grévistes de la faim et de la soif, affirme la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Alors que les autorités avaient proposé un traitement accéléré des dossiers en échange de l'arrêt de cette grève, les gauchistes meneurs de cette action ont refusé tout accord, mettant volontairement en jeu la vie de leurs « protégés ». La police n'a fait que libérer les grévistes d'une instrumentalisation mortelle de leur affaire.

La grève est finie, mais le problème reste récurrent, lance die tageszeitung. L'État allemand doit réfléchir urgemment à la manière d'améliorer les conditions de vie des réfugiés et demandeurs d'asile. Il ne faut plus les considérer comme des personnes à charge dont il est nécessaire de se débarrasser. L'immense majorité des réfugiés et demandeurs d'asile sont prêts à se bâtir une existence de leurs propres forces en Allemagne si on les laisse faire. Si l'on n'accepte pas ce fait, le problème restera insoluble et des grèves comme celle de Munich réapparaîtront, ici ou ailleurs, conclut le quotidien de Berlin.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !