1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Dossier

Ça va être difficile...

La défaite de la Côte d'Ivoire face au Brésil (3-1) combinée à la victoire du Portugal sur la Corée du Nord (7-0) fait que les Eléphants n'ont plus leur destin entre les mains pour se qualifier en huitièmes de finale.

default

C'était le match que tout le monde attendait. L'une des affiches de ce premier tour, entre la Côte d'Ivoire, l'équipe la plus populaire d'Afrique, contre le Brésil, l'équipe la plus populaire au monde. Et, malgré la victoire du Brésil sur le score de 3-1, on ne peut pas dire que le spectacle a été au rendez-vous : une première mi-temps assez terne, une seconde mi-temps avec des buts certes, mais avec aussi beaucoup de mauvais gestes. Au final, la Côte d'Ivoire a été défaite, et n'a plus son destin entre les mains.

Un Brésil pas impressionnant, mais une Côte d'Ivoire impressionnée…

En battant la Côte d'Ivoire, le Brésil s'est qualifié pour les huitièmes de finale. Mais contrairement à ce qu'on a pu connaître lors des éditions précédentes, ce n'est pas un Brésil « strass et paillettes » qui s'est qualifié haut la main dans ce groupe, comprenez avec la manière. Le Brésil de l'entraîneur Dunga est à l'image du capitaine des champions du monde 1994: un Brésil efficace, qui gagne, mais sans spectacle. La preuve, dans le 11 de départ, seuls trois joueurs semblent capables de faire lever un stade avec leurs dribbles: Robinho, Kaka et Maicon. Pour le reste, c'est plutôt du jeu dur sur l'homme, et advienne que pourra.

Malgré tout, les Eléphants ont été impressionnés par le Brésil, du moins par le nom. Car sur le plan du jeu, ce Brésil semble prenable. Et si le collectif ivoirien était mieux huilé, sûr que les coéquipiers de Didier Drogba auraient pu être plus dangereux, plus tranchants dans le geste final. Pour ce point là, on n'en voudra pas à Sven-Goran Eriksson, arrivé seulement trois mois plus tôt.

Fußball WM 2010 - Elfenbeinküste Didier Drogba

Didier Drogba, un but pour l'honneur

Ce que de nombreux Ivoiriens pourraient reprocher à l'entraîneur suédois, par contre, c'est le fait d'avoir laissé sur le banc certains joueurs qui auraient peut-être pu faire la différence dans des secteurs-clés. Par exemple, quitte à descendre Didier « Maestro » Zokora en défense centrale aux côtés de Kolo Touré, autant mettre quelqu'un capable d'avoir le même volume de jeu, capable de couvrir les mêmes espaces que lui, afin d'aider Yaya Touré dans sa quête constante de récupération du ballon. Autrement dit, pourquoi ne pas mettre un joueur comme N'dri Romaric d'entrée de jeu, capable de « casser » l'axe Felipe Melo-Gilberto Silva, plutôt que d'opter pour la solution Emmanuel Eboué, lui qui a l'habitude d'évoluer sur un côté (droit, en l'occurrence) avec son club d'Arsenal ?

Toujours dans le domaine des interrogations, on est en droit de se demander pourquoi Eriksson, dont l'équipe est dans l'obligation de marquer des buts, a laissé débuter Aruna Dindane, en qualité d'ailier droit, aux côtés de Didier Drogba et Salomon Kalou ? Le joueur de Lens (qui a joué avec Portsmouth cette saison) est un besogneux, et n'est certes pas mauvais sur l'aile, mais il se sent mieux dans une position d'attaquant axial; or, cette place semble réservée à Drogba. Dans ce cas, pourquoi ne pas laisser quelqu'un comme Gervinho commencer le match? Gervinho, lui, joue sur l'aile, et a la capacité de provoquer et de bouger les défenses, en témoigne sa superbe saison en Ligue 1 avec Lille. Et on l'a vu, dès que ces deux joueurs sont entrés sur la pelouse (54ème minute pour Gervinho, 72ème minute pour Romaric), on a senti du mieux du côté ivoirien, même si le sort de la rencontre était décidé depuis longtemps…

Luis Fabiano, le « Bras-ilien »

Il était décidé depuis longtemps, car Elano avait porté le score à 3-0 à la 62ème minute. Plus tôt, Luis Fabiano s'était fendu d'un doublé. Il n'y a rien à dire sur le premier but : illumination de Kaka (l'une des rares de sa saison) qui transmet dans un petit espace à Luis Fabiano, qui allume Boubacar Barry Copa dans un angle fermé, à la 25ème minute. Le deuxième, lui, est déjà plus contestable: à la 50ème minute, il élimine par deux fois Siaka Tiéné grâce à deux coups du sombrero, mais par deux fois, il touche le ballon du bras, de façon volontaire, de surcroît ! Malgré les protestations des joueurs ivoiriens, l'attaquant brésilien continue tranquillement son action, et trompe Barry Copa pour la deuxième fois. Et, comble de la mauvaise foi, l'attaquant ose dire à l'arbitre français de la rencontre, Monsieur Lannoy, qu'il n'a pas joué le ballon de la main. Pas étonnant que Monsieur Lannoy n'ait pas sifflé, lui qui est considéré comme l'un des plus mauvais directeurs de jeu de Ligue 1. Ce qui est étonnant en revanche, c'est qu'il ait été retenu pour arbitrer des matches de la Coupe du Monde. Monsieur Lannoy, un arbitre à la… ? Pas de jeu de mots trop facile, le raccourci était déjà tout trouvé.

Après le but d'Elano à la 62ème minute, il était clair que la rencontre était pliée. Mais les entrées de Gervinho puis de Romaric ont apporté un peu plus de jus, un peu plus de dynamisme dans cette équipe ivoirienne qui a réussi à sauver l'honneur par l'intermédiaire de son capitaine Didier Drogba, qui marque de la tête sur un service de Yaya Touré à la 79ème minute. Un but qui intervient en fin de match, à un moment où le Brésil a, une fois de plus, relâché son attention, comme contre la Corée du Nord.

C'est pour cette raison que la Côte d'Ivoire aurait dû croire en sa chance, et beaucoup seront certainement convaincus que, si les joueurs capables de bousculer les quintuples champions du monde avaient été alignés, la rencontre aurait pu avoir un tout autre visage . Et que l'on n'aille pas chercher des excuses autour de la blessure de Didier Drogba; si celui-ci a été aligné, c'est qu'il était en mesure de tenir sa place. La preuve, c'est lui qui met le but du 3-1 à dix minutes du terme; c'est encore lui qui, après avoir fait tomber Daniel Alves, le relève à l'aide de son bras…droit.

Brasilien Elfenbeinküste WM Weltmeisterschaft Fußball Flash-Galerie

Kaka (à d.) verra rouge après son geste sur Kader Keita (au centre)

Ce qui est dommage pour les Ivoiriens par contre, c'est d'avoir été destabilisés par le second but de Luis Fabiano. Car après ce but, on a assisté à un festival de fautes, plus dangereuses les unes que les autres. Entre autres deux exemples: à la 66ème minute, Tiéné sèche Elano, qui sort sur civière. A la 75ème minute, Kader Keita se rend coupable d'une semelle sur Michel Bastos, semelle qui aurait dû lui valoir un rouge. Mais ce carton rouge, ce n'est pas lui, mais Kaka qui le verra, en toute fin de match. Pour avoir donné un coup dans le thorax de…Kader Keita (qui se tordra de douleur avec les mains sur le…visage) et avoir provoqué un début de bagarre, le meneur de jeu de la Selecao se fera expulser. Pas si dur que ça, au final, puisqu'il se reposera en vue des huitièmes de finale.

Et maintenant ?

Des huitièmes de finale qui semblent difficilement abordables pour la Côte d'Ivoire. Le Portugal s'est imposé sur le large score de 7-0 face à la modeste formation de Corée du Nord. Les Eléphants sont peut-être capables de réaliser une telle performance, mais ils n'ont plus leur destin entre les mains. Un match nul suffit au Portugal pour accéder aux huitièmes de finale. Verdict mercredi soir.

Auteur : Ali Farhat